samedi 24 juin 2017

Les tracés blancs sous la chaussée

Quand de tout vous serez lassés
Juste un canal à traverser
Rejoignez-moi
À Éléor
Avant que la vie ne se défile
Avant de gagner l'autre bord
Rejoignez-moi
À Éléor

Les vestes pendues aux patères
Et l'immuable pour bréviaire
Les tracés blancs sous la chaussée
Fourmillement de mille pensées
Les galeries à ciel ouvert
Où vont les figurines pressées

Quand de tout vous serez lassés
Juste un canal à traverser
Rejoignez-moi
À Éléor



Avant que la vie ne se défile
Avant de gagner l'autre bord
Rejoignez-moi
À Éléor

Ville d'abandon de bord de mer
Longue semaine à négocier
Ô Dieu que ce silence rend fou
Dans la brume en pièces détachées
Qu'avons-nous encore à cacher
Quand il reste si peu de nous ?
Ô Dieu que ce silence rend fou !

Quand délibèrent nos cellules
Comme alors l'air est minuscule
Même l'air

Quand de tout vous serez lassés
Juste un canal à traverser
Rejoignez-moi
Avant que la vie ne se défile
Avant de gagner l'autre bord
Rejoignez-moi
À Éléor

Eléor / Dominique A  (le lien )

En s'foutant pas mal du regard oblique


mercredi 21 juin 2017

De l'empathie et des piles de rechange

Du temps, c'est une question de temps. Il nous en faut beaucoup. Si vous pouvez vous offrir cette denrée précieuse, vous êtes sur la bonne voie. A part ça, il vous faudra de bonnes chaussures, beaucoup d'empathie, de l'optimisme et plein de piles de rechange.
Matt Stuart
Magnum

Jeu d'mo


vendredi 16 juin 2017

A la Garenne

Eco cité la Garenne à Fourchambault

Poseur de girouettes

Tombé du ciel à travers les nuages
Quel heureux présage pour un aiguilleur du ciel
Tombé du lit fauché en plein rêve
Frappé par le glaive de la sonnerie du réveil
Tombé dans l'oreille d'un sourd
Qui venait de tomber en amour la veille
D'une hôtesse de l'air fidèle
Tombée du haut d'la passerelle
Dans les bras d'un bagagiste un peu volage
Ancien tueur à gages
Comment peut-on tomber plus mal ?

Tombé du ciel rebel aux louanges
Chassé par les anges du paradis originel
Tombé d'sommeil perdu connaissance
Retombé en enfance au pied du grand sapin de Noël
Voilé de mystère sous mon regard ébloui
Par la naissance d'une étoile dans le désert
Tombé comme un météore dans les poches de Balthazar
Gaspard ou Melchior les trois fameux rois mages

Trafiquants d'import export

Tombés d'en haut comme les petites gouttes d'eau
Que j'entends tomber dehors par la f'nêtre
Quand je m'endors le cœur en fête
Poseur de girouettes
Du haut du clocher donne à ma voix
La direction par où le vent fredonne ma chanson

Tombé sur un jour de chance
Tombé à la fleur de l'âge dans l'oubli

C'est fou c'qu'on peut voir tomber
Quand on traîne sur le pavé les yeux en l'air
La semelle battant la poussière
On voit tomber des balcons
Des mégots, des pots d'fleurs
Des chanteurs de charme
Des jeunes filles en larmes
Et des alpinistes amateurs

Tombés d'en haut comme les petites gouttes d'eau
Que j'entends tomber dehors par la f'nêtre
Quand je m'endors le coeur en fête
Poseur de girouettes
Du haut du clocher donne à ma voix
La direction par où le vent fredonne ma chanson

Tombé sur un jour de chance
Tombé par inadvertance amoureux
Tombé à terre pour la fille qu'on aime
Se relever indemne et retomber amoureux
Tombé sur toi, tombé en pâmoison
Avalé la ciguë goûté le poison qui tue

L'amour, l'amour encore et toujours

jeudi 15 juin 2017

Arroser les plantes

La création est un travail lent. La plupart des jours se passent en répétition, en accumulation. Parfois, en un instant, le saut à lieu, et c'est là. On sent alors qu'on a fait quelque chose, même s'il ne faut pas le croire tout à fait.
C'est pourquoi se lever un dimanche d'automne à sept heures du matin, arroser les plantes, aller et venir chez soi est aussi un acte de création.
Carlos Liscano / L'écrivain et l'autre

Changement de quartier


lundi 12 juin 2017

samedi 3 juin 2017